Séance du jeudi 3 mars 2016 : « Les oiseaux : de l’animal consommé à l’animal métaphorique ».

 « Les oiseaux : de l’animal consommé à l’animal métaphorique »

Kévin Bouchité (UPVM – ASM) : « Aviculture et basse-cour, la question des espèces, du sex-ratio et de l’alimentation sur le site médiéval de Tiffauges, Vendée »

Juliana Gendron (UPVM – CRISES / labex Archimede) : « L’aigle de l’apothéose : un symbole institutionnalisé ? »

Il s’agissait avec cette séance de présenter deux approches scientifiques différentes autour d’un même thème : les oiseaux.

Kévin Bouchité a exposé les résultats de ces travaux de recherches de Mémoire consacrés au site médiéval de Tiffauges (XIVe-XVe siècles). Les fouilles, menées par Olivier Blanchard en 1991, ont permis la mise au jour d’une fosse-dépotoir comptant 3282 avirestes dont 1867 de coqs domestiques. L’étude proposée par Kévin Bouchité a permis de mettre en lumière qu’il y avait alors sur le site une consommation primaire et secondaire d’oiseaux, domestiques comme sauvages, et ce avec de probables traces de faisandage. Grâce à l’ostéométrie, dont il a présenté les méthodes, Kévin Bouchité a en outre démontré une diversification des pratiques d’élevage en vigueur avec notamment la présence d’individus castrés ainsi qu’au moins deux morphotypes de coqs et de poules.

La deuxième partie de la séance était consacrée à une approche plus littéraire et historique de la place de l’oiseau dans l’Antiquité. Juliana Gendron, doctorante en Histoire Ancienne, a proposé un extrait de ses recherches de thèse consacrées à l’apothéose impériale en présentant une réflexion sur l’aigle comme symbole institutionnalisé de l’apothéose des empereurs romains. Il s’agissait, par le biais d’une étude des écrits des historiens antiques mais aussi de l’iconographie et de la numismatique, de donner à voir les évolutions de ce symbole à travers l’Empire et les règnes. Bien que la présence effective d’un aigle s’envolant au sommet du bûcher funéraire de l’empereur lors de la cérémonie de consecratio, telle qu’elle est décrite par nombre d’historiens, n’ait pu être démontrée ou invalidée, le rapace devient très vite incontestablement un symbole associé à l’apothéose des empereurs. Ce type iconographique présent sur divers monuments à la gloire de l’empereur défunt, et relayé par les monnaies, dépasse en outre la sphère publique et politique et s’institutionnalise en devenant un motif privilégié et récurrent des autels et stèles funéraires des simples particuliers. Toutefois, associé à d’autres motifs, et comme reproduit en série, il semble perdre en force signifiante et portée symbolique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.