Compte-Rendu du colloque : “Des mots pour la théorie, des mots pour la pratique. Lexicographie artistique : formes, usages et enjeux”

affiche-lexart

 

Colloque international de l’équipe LexArt,             15-17 juin 2016,                                          Université Paul Valéry, Montpellier

programme disponible ici : programme-lexart

 

 

 

Les 15, 16 et 17 juin 2016 eut lieu à l’université Paul Valéry, Montpellier (Site Saint-Charles), le colloque international organisé par l’équipe LexArt, Des mots pour la théorie, des mots pour la pratique. Lexicographie artistique : formes, usages et enjeux.

Le projet LexArt – Words for Art : The Rise of a Terminology (1600-1750) a débuté en avril 2013 sous la direction de Michèle-Caroline Heck, Professeur d’Histoire de l’Art moderne. Il est hébergé à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, au sein du CRISES, et bénéficie d’un financement de la part de l’ERC pour une durée de cinq ans. La vocation de ce projet est l’étude du vocabulaire artistique tel qu’il s’est élaboré, diffusé et transformé dans les pays au Nord des Alpes (France, Allemagne, Pays-Bas, Angleterre) à partir du XVIIe siècle et au cours de la première moitié du XVIIIe siècle. Le travail de recherche de LexArt repose sur deux piliers fondamentaux : le livre et le mot, qui ont été au cœur des communications du colloque, présentées par des chercheurs extérieurs à l’équipe LexArt[1] mais spécialistes de la théorie de l’art de la période moderne.

Le livre d’art, véritable laboratoire lexical, et le mot, en tant que révélateur de la pratique artistique, permettent d’étudier la mise en place et la maturation de concepts et de modèles artistiques, en vue de reconstituer un discours contemporain des œuvres. Les communicants se sont donc attachés à l’étude de ce vocabulaire artistique, que ce soit son usage, son évolution, sa signification, mais aussi des différentes traductions d’un même mot, et à l’implication de ce vocabulaire sur la compréhension que l’on peut avoir de l’art de la période moderne.

Dès le début du XVIIe siècle, les théoriciens de l’art se trouvent face à la question du vocabulaire et de l’emploi du mot juste pour décrire les œuvres, mais également pour se faire comprendre des lecteurs, que ce soit les amateurs ou les artistes eux-mêmes. À partir de cette époque, l’enjeu de savoir parler d’art devient de plus en plus important, et c’est dans ce contexte que, partout en Europe, se développent et se multiplient les livres d’art.

Les chercheurs ont montré la très grande diversité et richesse des écrits qui ont abordé des questions théoriques et pratiques liées à l’art et qui ont contribué au développement du vocabulaire artistique durant l’époque moderne. Si la majorité des livres d’art est destinée à un public de connaisseurs et d’amateurs, certains ouvrages visent un large public et ont pour but d’entraîner et d’éduquer l’œil face aux œuvres d’art, comme les « how-to manuals » (Ulrich PFISTERER). Tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, ces manuels se multiplient et se diffusent, permettant un large transfert de connaissances parmi la population, comme le montre par exemple le Painting popularly explained… (Londres, 1859) de Thomas John Gullick. Le traité de Gérard de Lairesse, Les principes du dessein, ou méthode courte et facile pour apprendre cet art en peu de tems, publié à Amsterdam en 1719 (Gaëtane MAES), est également le témoin de cette attitude et de cette volonté de diffuser largement la connaissance artistique, ici la pratique du dessin. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert est, quant à lui, le lieu de l’émergence d’un vocabulaire de plus en plus précis et spécifique à chaque domaine artistique, auquel contribue largement Jean-Michel Papillon dans le champ de la gravure sur bois (Maxime Georges MÉTRAUX). Le vocabulaire artistique se développe également grâce aux livres de fêtes, comme ceux publiés à l’occasion de la canonisation d’Ignace de Loyola et de François Xavier et qui ont pour but, à travers un riche vocabulaire et la description de tous les objets du décor, de faire revivre la fête sous les yeux du lecteur, selon le principe de l’ekphrasis (Rosa de MARCO). Enfin, les biographiques d’artistes, dont la plus célèbre pour les Pays-Bas est le Schilder-Boeck de Karel van Mander, sont le lieu d’une véritable réflexion sur l’établissement et l’emploi de nouveaux termes artistiques.

Les communications ont alors insisté sur le processus et la méthode employés par les théoriciens de l’art pour développer leur propre vocabulaire artistique, mais aussi pour se faire comprendre au mieux du lectorat visé, amateur, artiste, grand public… Elles ont ainsi montré la porosité des frontières entre les différents champs lexicaux, notamment entre les domaines artistique et grammatical (Claudine MOULIN), mais aussi comment un auteur comme Karel van Mander réussit à élaborer son propre vocabulaire en puisant dans sa langue maternelle ainsi que dans le vocabulaire artistique italien, et principalement dans les Vite de Vasari (Saskia COHEN-WILLNER). Un autre théoricien, Franciscus Junius, utilise quant à lui les textes antiques pour développer sa propre théorie, en reprenant certaines définitions, comme celle du sublime à Longinus (Wieneke JANSEN).

Les chercheurs ont alors soulevé les problèmes liés à la traduction. Effectivement, traduire certains mots ou concepts n’est pas toujours aisé, et cette démarche pose la question du sens du mot (Ulrike KERN). En effet, il n’y a pas toujours un terme équivalent dans une autre langue pour comprendre et définir le sens d’un mot dans un contexte particulier. Par exemple, les termes néerlandais glad, gladdich, gladdicheyt, peuvent être, dans certains cas, synonymes des mots italiens morbido et unione et traduits par l’anglais smooth, mais ces équivalences ne sont pas systématiques et peuvent différer selon les contextes dans lesquels ils sont employés (Paul TAYLOR). Par ailleurs, si dans certains cas les auteurs peuvent enrichir leur vocabulaire grâce à l’emploi de mots étrangers, dans certains domaines, ils se trouvent face à vide sémantique les empêchant d’aborder certains types d’œuvres, comme les portraits historiés, genre composite très présent dans la peinture mais rarement étudié par les théoriciens de l’art (Marlen SCHNEIDER).

Plusieurs communications se sont aussi intéressées à la question de la diffusion et de l’évolution sémantique de certains termes, comme la maniera utilisé par Vasari et qui se voit attribuer, petit à petit au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, une connotation péjorative (Émilie PASSIGNAT) ; ou encore l’Idea, terme qui joue un rôle important dans la définition de l’art italien (Elisabeth OY-MARRA), et qui est largement diffusé au sein des ateliers d’artistes grâce à l’Accademia San Luca et l’Accademia della Crusca (Eva STRUHAL). Le terme de bozzetto est lui aussi soumis à certaines variations de définitions, depuis Vasari à Sandrart (Delia VOLPE), et est utilisé, sous une forme hispanisée, en Espagne, de même que le terme disegno devenu diseño (Lizzie BOUBLI).

Si la peinture et les arts graphiques occupèrent une place de premier ordre dans les communications, le domaine de l’architecture fut également abordé lors du colloque. L’architecture possède de fait un vocabulaire extrêmement précis, qui a été étudié à travers la question de la convenance et de la bienséance dans les édifices religieux parisiens (Sébastien BONTEMPS).

L’ensemble des communications a donc offert un large aperçu de la recherche dans le domaine de la théorie de l’art de la période moderne. Bien qu’axées sur des questions artistiques communes, les interventions ont montré la diversité des approches et des méthodologies utilisées, ainsi que l’aspect pluridisciplinaire de la recherche en histoire de l’art. Cette pluridisciplinarité a également été au cœur de la table ronde proposée par le colloque autour de la question de la base de données et de son utilisation. La base de données, en tant que nouvel outil de recherche de plus en plus utilisé par les chercheurs, se veut être avant tout le point de départ de nouvelles recherches. Elle a donc une responsabilité vis-à-vis de ses utilisateurs – chercheurs, étudiants – mais elle engage également la responsabilité de ces derniers qui la consultent. En effet, face à une base de données, se pose la question de l’usage et du mésusage de ses ressources et donc de la responsabilité du chercheur de traiter judicieusement les données récoltées.

Au cours de la table ronde ont été présentées plusieurs bases de données, fruits d’un travail d’équipe, qui sont soit en cours de création et donc inédites, soit déjà opérationnelles, et ont été soulevées plusieurs questions d’ordre méthodologique : comment structurer les données, comment gérer leur hétérogénéité, leur multilinguisme ou encore l’insertion d’images

  • LexArt (Flore CÉSAR)

Le projet LexArt (2013-2018), a pour objectif l’étude du vocabulaire artistique au Nord des Alpes entre 1600 et 1750, afin de montrer l’existence d’un langage commun au monde des arts. Les ressources desquelles sont tirées les données de la base se composent de quelques 250 ouvrages, à savoir des traités de théorie de l’art – excluant les biographies d’artistes, les descriptions et les manuscrits –, en anglais, français, allemand, néerlandais et latin. Il s’agit uniquement de textes imprimés, ainsi que de leur traduction. Le corpus présente donc une grande hétérogénéité puisque les textes témoignent tous d’une approche différente de l’art, selon l’époque, le destinataire, le contexte de création, la forme d’écriture (prose, dialogue…). De ces ouvrages analysés sont extraits des passages et citations éclairant pour un terme lexical, et est créée une liste de termes noyaux liés, entre autres, à la technique, la perception de l’œuvre d’art, l’artiste, ou aux concepts esthétiques. Aujourd’hui, une liste de 2500 termes en six langues a été établie, et 15 000 extraits signifiants ont été retenus. L’ensemble de ces données relevées sera structuré en trois réseaux : linguistique, lexical et conceptuel.

L’équipe LexArt a établi un partenariat avec l’Unversité de Trêves (Allemagne), mais aussi avec plusieurs bibliothèques dont celles du Getty Museum.

Voir : http://www.lexart.fr/

  • Guides de Paris (Marianne COJANNOT-LE BLANC) (Labex 5ans)

Le projet « Les Guides de Paris », créé il y a un an et dirigée par Marianne COJANNOT-LE BLANC, s’inscrit dans le cadre du Labex « Les passés dans le présent ». Il vise l’étude des guides de Paris en tant que sources importantes pour l’histoire de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ces petits guides de poches pour voyageurs étrangers présentent un intérêt particulier pour l’historien de l’art puisqu’ils désignent des lieux et des objets artistiques toujours en place à cette époque. Jusqu’à ce jour, cette source historique a été sous-exploitée dans le domaine de l’histoire de l’art, notamment à cause du trop grand nombre d’éditions. La base de données a donc pour but l’étude systématique de ces guides, mais aussi de les mettre à disposition du plus grand nombre et de rendre possible la recherche plein texte, de proposer un dispositif de géolocalisation ainsi que des liens avec les œuvres mentionnées ou, à défaut des œuvres exactes, d’offrir des propositions d’interprétation. Il s’agit donc d’une base de données pensée pour des usages et des recherches prédéterminés.

  • Cultures du spectacle baroque (Ralph DEKONINCK)

Ce projet de recherche, qui fait l’objet d’une collaboration entre différentes universités de Belgique (Université catholique de Louvain ; Université de Liège), prend sa source dans l’étude des récits des festivités religieuses du XVIIe siècle, et plus spécifiquement dans les festivités jésuites liées à la canonisation, en 1622, d’Ignace de Loyola et de François-Xavier. Son but est de rendre accessible un riche corpus de textes, autant des sources imprimés que manuscrites, décrivant des fêtes s’étant déroulées durant un mois en Flandres, France et Italie. Chaque source textuelle bénéficie de sa fiche d’identification, associée au texte originel et à sa traduction. Il s’agit ainsi d’établir un lexique multilingue de la fête, et de montrer comment différentes langues rendent comptent de ces expériences festives et permettent de conserver la mémoire et de renouveler l’expérience du merveilleux. Pour pallier le problème d’orthographe, le moteur de recherche propose différentes orthographes pour un même terme.

La base de données est ici un véritable outil de recherche et devient alors une base de recherche à part entière dans le domaine de la fête et de l’expérience religieuse à l’époque moderne.

Voir : http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/cultures-du-spectacle-baroque/

http://gemca.fltr.ucl.ac.be/php/pages/spectacle_0.fr.php

  •  EpistolART (Annick DELFOSSE)

EpistolART est une base de données pluridisciplinaire regroupant des chercheurs philologues, historiens et historiens de l’art. Elle se concentre sur les correspondances artistiques à la Renaissance, et étudie les lettres d’artistes, ou les lettres sur les artistes, considérées comme un observatoire privilégié pour comprendre le statut de l’artiste à l’époque moderne. Ces correspondances permettent l’étude du vocabulaire de la théorie et de la pratique artistique qui s’élabore alors peu à peu, avant même l’impression d’ouvrages dédiés à l’art.

Le corpus textuel repose sur l’ouvrage publié par Johann Wilhelm Gaye en 1839-1840, Carteggio inedito di artisti, et s’accompagne d’une photo pour chacune des 1200 lettres éditées par Gaye.

Voir : http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/epistolart/

  • Collecting and Provenance Research (Melissa GILL, Emily PUGH)

La base de donnée « Collecting and Provenance Research » émane du Getty Research Institute et repose sur la base « Getty Provenance Index » qui réunit un ensemble de données hétérogènes dans le champs de l’histoire de l’art, à savoir des catalogues de ventes, des correspondances artistiques, des inventaires de collection du XVIe au XVIIIe siècles. Ces données sont alors mises en parallèles avec les œuvres du Getty Museum afin d’en déterminer, si cela est possible, leur provenance et leurs anciens propriétaires.

Voir : http://www.getty.edu/research/tools/provenance/

Valentine Langlais                                                                                                         Doctorante en Histoire de l’art moderne                                                                                 CRISES EA 4424                                                                                                       Université Paul Valéry, Montpellier / UNIGE, Université de Genève

[1] Un second colloque LexArt incluant uniquement des communications de chercheurs de LexArt est prévu pour janvier 2017 et aura lieu à l’INHA, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.