De l’usage des concepts sociologiques en Histoire Ancienne ?

Capture d’écran 2016-05-31 à 15.13.53

à propos de l’ouvrage collectif Que faire du charisme ? Retour sur une notion de Max Weber, sous la direction de Vanessa Bernadou, Félix Blanc, Raphaëlle Laignoux et Francisco Roa Bastos, Presses universitaires de Rennes, 2014.

 

Dans la recherche actuelle des sciences humaines et sociales, l’interdisciplinarité apparaît bien souvent comme un lieu commun et une belle idée, mais une belle idée qui reste lettre morte. À mon échelle et dans le cadre d’un doctorat en Histoire Ancienne sur l’émergence de l’apothéose impériale à Rome, c’est-à-dire la divinisation post-mortem des empereurs, je cherche toutefois à éprouver la portée heuristique des concepts qui ont été formulés par la sociologie. La notion de charisme par exemple, telle qu’elle a été définie par Max Weber, peut-elle être utile à l’historien, peut-elle éclairer notre connaissance des sociétés antiques ? Ce questionnement est par ailleurs redoublé d’un souci du mot juste. Dans quelle mesure sommes-nous, chercheurs du XXIe siècle, en capacité de décrire des réalités fort éloignées en mobilisant des mots et des concepts dont on sait qu’ils sont historiquement, culturellement et socialement datés ? L’article d’Hinnerk Bruhns, « Retour pratique sur la notion de “charisme” chez Max Weber », extrait de l’ouvrage collectif Que faire du charisme ? Retour sur une notion de Max Weber, publié en 2014, m’a semblé constituer une excellente porte d’entrée dans la sociologie wébérienne. Tout en dénonçant l’obstination de certains historiens qui refusent de mettre à l’épreuve les apports de la sociologie, Hinnerk Bruhns invite cependant à considérer les concepts comme de simples outils théoriques et qui, en tant que tels, demandent à être constamment adaptés aux situations empiriques pour lesquelles on les utilise. Il affirme ainsi que « la question n’est pas de savoir s’il existe des hommes charismatiques, mais si les concepts de charisme et de domination charismatique permettent de mieux analyser, comprendre et expliquer (ou non), une configuration historique donnée » (p.152). Le but est donc de créer une grille d’analyse, et non de classer de manière rigide les cas historiques dans l’une ou l’autre des catégories au risque d’aboutir à des simplifications fautives. Ainsi, pour mon objet d’étude, par la lecture de ces travaux, j’ai été poussée à reconsidérer l’émergence du culte impérial non exclusivement selon les cadres historiques habituels, comme propagande, apparat, politique ou religion, mais selon des entités et des notions dont j’avais pressenti l’importance sans véritablement les définir, à savoir notamment la « communautarisation émotionnelle », ou encore la « quotidianisation » du charisme. Il s’agit moins de penser le culte impérial comme le produit d’une personnalité forte et aux ambitions monarchiques préméditées que comme le résultat d’une relation à un moment donné particulier, à savoir celui d’une crise. Selon Hinnerk Bruhns, le cadre théorique que propose la sociologie wébérienne permet donc de souligner que l’émergence de l’apothéose impériale relève avant tout d’« un processus de construction d’une personnalité et d’une situation charismatique qui se situent à la fin et non au début de la dictature de César » (p.158).

 

Juliana Gendron

Doctorante en Histoire Ancienne
LabEx Archimede – CRISES EA 4424
Université Paul-Valéry Montpellier

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.